Alerte logistique : Ce que les nouvelles normes d’émission de l’OMI pour 2020 signifient pour le secteur du transport maritime

août 13 / US
Alerte logistique : Ce que les nouvelles normes d’émission de l’OMI pour 2020 signifient pour le secteur du transport maritime

Par : Mollie Bailey, Vice-président, International, Transplace

plus tôt cette année, nous avons partagé des informations importantes l’Organisation maritime internationale Organisation maritime internationale (OMI) annonçait une nouvelle norme concernant les niveaux acceptables d’émissions d’oxydes de soufre (SOx) dans le combustible de soute – tout cela dans le but de réduire la pollution atmosphérique des porte-conteneurs.

À moins de six mois de la mise en œuvre complète de la norme sur les émissions, l’incertitude règne toujours dans le secteur mondial du transport maritime quant à son impact global. J’examinerai ci-dessous ce que les expéditeurs doivent savoir sur les nouvelles directives en matière de carburant et comment elles pourraient affecter leur activité.

Modifications des directives mondiales sur les carburants

À partir du 1er janvier 2020, tous les navires du monde entier ne pourront plus utiliser que du carburant ayant une teneur en soufre maximale de 0,5 %, ce qui est nettement inférieur au plafond actuel de 3,5 %.
Selon l’OMI
« Cela permettra de réduire considérablement la quantité d’oxydes de soufre émanant des navires et devrait avoir des avantages majeurs pour la santé et l’environnement dans le monde, en particulier pour les populations vivant à proximité des ports et des côtes. »

Pour se mettre en conformité avec la nouvelle norme de l’OMI, les armateurs ont trois possibilités :

  1. Passer du mazout à haute teneur en soufre (HSFO) au gazole marin (MGO) ou au mazout à très faible teneur en soufre (VLSFO).
  2. Moderniser les navires pour qu’ils puissent utiliser du gaz naturel liquéfié (GNL) ou d’autres carburants sans soufre.
  3. Installer des systèmes d’épuration des gaz d’échappement (laveurs de gaz) à utiliser avec le HSFO1, moins coûteux.

Les spéculations vont bon train quant à la stratégie de mise en conformité que la majorité des compagnies maritimes choisiront, car elles évaluent le coût et les avantages de chaque option. Adrian Tolson, directeur de 20|20 Marine Energy, prévoit que le marché passera à 55 % au VLSFO, 25 % au MGO et 20 % au HSFO et utilisera des épurateurs pour extraire le soufre.2

Quelle que soit l’option choisie, elle entraînera des coûts importants. C’est particulièrement vrai pour ceux qui choisissent d’alimenter leurs navires avec du mazout léger, qui devrait coûter de 55 à 65 % plus cher que le combustible de soute le plus couramment utilisé pour alimenter les navires.3 On s’inquiète également de la disponibilité du MPVS par rapport à la demande et de l’incertitude quant au rendement du nouveau carburant dans les moteurs existants, ce qui pourrait entraîner des exigences mécaniques et d’entretien supplémentaires (et les coûts connexes).1

Le diesel marin ne présente aucun risque de compatibilité, mais il est plus cher que les autres options de carburant. Le GNL, une autre option, est également coûteux et s’accompagne du coût élevé du changement de moteur et d’infrastructure.

L’installation d’épurateurs de gaz permet aux navires d’utiliser du HSFO au lieu d’un carburant plus coûteux à faible pourcentage. Cependant, la mise à niveau d’un navire avec un épurateur nécessite un investissement de 2 à 10 millions dedollars4, et l’installation peut prendre jusqu’à six mois.5 Les propriétaires de grands navires de vrac sont particulièrement agressifs dans leurs investissements dans les épurateurs, avec entre un quart et un tiers des Capesize qui devraient être équipés d’épurateurs.7

Quel sera l’impact de ces changements sur l’industrie ?

Si l’OMI 2020 contribuera à réduire considérablement la pollution atmosphérique, ces nouvelles normes pourraient avoir un impact négatif initial sur l’ensemble du secteur, notamment le coût supplémentaire pour l’ensemble du secteur du fret par conteneurs, estimé à 10 à 12 milliards de dollars par an.4

Les transporteurs ne se contenteront pas d’absorber ces coûts supplémentaires ; ils seront répercutés sur les expéditeurs et, en fin de compte, sur les consommateurs. Beaucoup s’attendent à ce que ces coûts commencent à filtrer à la fin du troisième trimestre ou au début du quatrième trimestre 2019, lorsque les compagnies maritimes commenceront à utiliser des carburants à faible teneur en soufre et à installer des épurateurs.

L’impact ne se limite pas non plus au coût, car la capacité sera temporairement réduite, les navires étant hors service pendant l’installation des épurateurs. Certaines capacités seront même définitivement supprimées en raison de l’espace supplémentaire qu’occuperont les épurateurs et les réservoirs de GNL sur les navires, ainsi que du fait que les navires plus anciens seront progressivement retirés plutôt que convertis à de nouveaux types de carburant.8

Les expéditeurs doivent anticiper

Bien que le règlement n’entre pas en vigueur avant le premier de l’an, les expéditeurs doivent se préparer dès maintenant pour en atténuer les effets sur leurs activités. Les expéditeurs doivent s’entretenir avec leurs transporteurs pour comprendre comment se présenteront les prix du carburant et la capacité, et planifier à l’avance : il sera essentiel de réserver la capacité plus tôt que d’habitude pour atténuer les perturbations potentielles.

Comment votre chaîne d’approvisionnement se prépare-t-elle à l’OMI 2020 ?

1https://www.pacificgreentechnologies.com/articles/can-marine-scrubbing-industry-handle-imo-2020-demand

2https://www.freightwaves.com/news/imo-2020-presentations-outline-scenarios-for-fuel-switching-that-will-impact-diesel-markets

3https://www.joc.com/maritime-news/container-lines/carrier-hesitation-hampers-imo-fueled-scrubber-rush_20190424.html

4https://www.ajot.com/premium/ajot-imo-2020-by-the-numbers

5https://www.hellenicshippingnews.com/just-how-disruptive-will-imo-2020-be/

6https://gcaptain.com/more-carriers-turn-to-scrubbers-ahead-of-imo-2020/

7https://www.freightwaves.com/news/how-imo-2020-impacts-transport-of-ore-coal-grain-and-other-dry-bulk

8https://www.forbes.com/sites/flexport/2019/04/08/imo-2020-what-shippers-need-to-know-now/#778491e24812

 

Share article