Des gigaoctets aux engrenages : Sheryl Fava parle de changement de carrière et de camionnage

mars 26 / US
Des gigaoctets aux engrenages : Sheryl Fava parle de changement de carrière et de camionnage

Seuls 12,5 % de tous les travailleurs du secteur du transport routier sont des femmes. Moins de 8 % sont des chauffeurs. Malgré ce faible pourcentage, il existe un nombre croissant d’organisations, de défenseurs, d’événements et de ressources pour les femmes dans le secteur. À l’occasion du mois national de l’histoire des femmes, nous avons l’honneur de partager et de célébrer certaines de leurs histoires.

Sheryl Fava, de Dallas, est passée de derrière un bureau à derrière le volant, réalisant ainsi le rêve de toute une vie : devenir chauffeur routier. Cela fait cinq ans qu’elle a changé son mode de vie, et elle n’a jamais regretté son choix.

Comment êtes-vous entré dans le secteur ?

« J’étais un agent de la Geek Squad avant de me lancer dans le camionnage, mais je voulais être chauffeur routier depuis l’âge de neuf ans, quand Smoky et le bandit est sorti. J’ai toujours été intrigué par les camions. C’était la même chose avec ma moto – j’ai toujours voulu faire du vélo. Il y a dix ans, j’ai eu mon permis et j’ai acheté une Harley. Je n’ai pas de grandes connaissances en mécanique, mais le son de certains moteurs est exaltant.

J’ai trois enfants, deux garçons et une fille. Quand mon cadet a terminé le lycée, j’ai décidé de suivre une formation de camionneur. J’ai eu mon permis et j’ai roulé depuis. J’ai conduit pour une entreprise pendant un certain temps, puis j’ai décidé que la vie en entreprise n’était pas pour moi, alors j’ai acheté mon propre camion et sa remorque et j’ai obtenu mon autorisation. Je ne le regrette pas du tout, et j’aime vraiment ce que je fais. »

Décrivez votre expérience en tant que femme dans un domaine dominé par les hommes.

« Cela dépend de qui vous rencontrez. J’ai croisé des anciens qui étaient sur la route depuis longtemps et ils m’ont témoigné un grand respect. J’ai aussi rencontré beaucoup de gens qui n’étaient pas si sympathiques.

Une fois, quand j’ai commencé, j’ai traversé une zone de vieille campagne. Il y avait des travaux et je roulais lentement parce que c’était aussi une zone scolaire. Un type a fait un commentaire à la radio disant que je devais me ranger ou m’écarter du chemin, et nous avons eu quelques mots durs. C’est ce qu’on appelle les « combats de poings CB ».

Quels conseils donneriez-vous à d’autres femmes qui cherchent à entrer dans le secteur ?

« Je recommande d’aller dans une école ou de trouver une entreprise qui vous sponsorise. C’est très enrichissant – vous ne le regretterez pas. Soyez également prudent sur la route. Assurez-vous que vos mesures de sécurité sont en ordre. Procurez-vous une alarme pour votre camion lorsque vous dormez. Si vous sortez au milieu de la nuit, ayez votre lampe de poche. Si vous pouvez avoir un chien, prenez-en un. Ils vous avertiront certainement si quelqu’un s’approche de votre camion ».

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans le travail que vous faites ?

« J’aime voyager, voir les différents paysages et rencontrer des gens de tout le pays. J’aime aussi pouvoir prendre toutes mes propres décisions. Parfois, je repense à l’époque où je travaillais sur des ordinateurs et je me demande comment je ferais maintenant si j’étais enfermé dans un bâtiment toute la journée. Je pense que cela me rendrait fou maintenant que j’ai fait l’expérience du camionnage ».

Les points de vue et les opinions exprimés dans cet article sont uniquement ceux de la personne présentée. Les expériences peuvent varier.

 

Share article