Jeanna Hysell raconte son parcours de conductrice de camion à consultante en sécurité

mai 23 / US
Jeanna Hysell raconte son parcours de conductrice de camion à consultante en sécurité

Seuls 12,5 % de tous les travailleurs du secteur du transport routier sont des femmes. Moins de 8 % sont des chauffeurs. Malgré ce faible pourcentage, il existe un nombre croissant d’organisations, de défenseurs, d’événements et de ressources pour les femmes dans le secteur.

Jeanna Hysell a effectué son premier transport de marchandises alors qu’elle n’était qu’une adolescente, et depuis, elle adore le transport routier. Depuis 1979, elle a exploré de nombreux rôles dans le secteur, du propriétaire-exploitant au propriétaire d’une petite flotte. Aujourd’hui, Jeanna parcourt le pays en tant que consultante principale en sécurité pour J.J. Keller and Associates.

Bien qu’elle se passionne pour aider les entreprises à se conformer aux règles du DOT et à éviter les infractions, Jeanna affirme qu’elle sera « toujours une conductrice dans l’âme ». C’est cet engagement envers tous les aspects de l’industrie qui lui a permis de connaître un tel succès. Jeanna est également la cofondatrice du programme de bourses d’études de la Women in Trucking Foundation et est membre de l’équipe d’image de Women in Trucking, représentant l’organisation en tant qu’experte en la matière.

Comment êtes-vous entré dans le secteur ?

« J’ai commencé dans le métier à l’âge de 17 ans. Le premier chargement que j’ai pris était un camion à plateau de voitures écrasées qui traversait les frontières de l’État (ce qui est illégal !). Mais ça a renforcé mon amour des camions. J’ai ensuite été dans l’armée pendant un certain temps et, à ma sortie, je suis devenu propriétaire-exploitant. J’ai conduit à travers le pays pendant 15 ans, puis j’ai eu une flotte de camions.

J’ai finalement dû renoncer à la conduite automobile en raison de certaines blessures, mais je voulais quand même rester dans le secteur. J’ai obtenu mon diplôme de sécurité, j’ai fait un stage pour une flotte privée, puis j’ai pris un poste de directeur dans une grande entreprise. Après avoir été licencié, j’ai créé ma propre société de conseil avant d’être repris par J.J. Keller [and Associates, LLC], où je suis aujourd’hui. »

À quoi ressemble une semaine typique pour vous ?

« Je suis toujours en voyage quelque part, alors je vis dans les aéroports et les hôtels la plupart du temps. J’aide les transporteurs dans le cadre des audits DOT, de la formation des conducteurs et des meilleures pratiques. J’ai également des entretiens individuels avec les conducteurs. Il m’arrive de voir deux ou trois clients par semaine ou de faire deux ou trois audits par semaine. »

Décrivez votre expérience en tant que femme dans un domaine dominé par les hommes.

« [As a driver], je me présentais aux installations et sortais de mon camion comme une petite femme blonde maquillée et aux ongles vernis. J’avais un côté féminin. [At facilities] Les gens étaient collés contre les fenêtres et me regardaient en arrière [my truck]. Je sortais et [they] n’aurait pas cru qui avait fait ça en me voyant.

J’ai toujours du mal avec les hommes. Si je fais une formation de conducteur, par exemple, ils disent que je ne pourrai pas leur apprendre quelque chose qu’ils ne savent pas déjà. Mais à la fin, ils réalisent que je connais vraiment mon sujet. J’ai l’impression de devoir constamment faire mes preuves, même avec toute mon expérience et mes diplômes. Je dois constamment être au top de mon jeu et ne pas laisser les gens m’atteindre. »

Parlez-nous d’une femme qui vous inspire.

« J’avais une tante qui était chauffeur routier. Elle co-dirigeait avec mon oncle. [When I was young]J’ai toujours pensé que ce serait cool d’être une femme camionneur et de rouler sur la route en sentant les roues sous moi.

Quand j’étais chauffeur, j’ai emmené ma nièce de 12 ans sur la route avec moi. J’ai dû faire un virage à droite et reculer le camion, et elle m’a dit : « Ma tante Jeanna est si puissante ». Je ressentais la même chose [about my aunt] quand j’avais son âge. »

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui veulent entrer dans le secteur ?

« Ne prenez pas tout avec un grain de sel. Faites ce que vous aimez, aimez ce que vous faites, et faites-le au mieux de vos capacités. Vous devez développer rapidement une peau épaisse et être bon. Vous devez reculer d’un coup, prendre le virage d’un coup, être meilleur que tout le monde. De cette façon, personne ne peut se moquer de vous ou dire que vous ne pouvez pas le faire parce que vous êtes une femme. Vous pouvez aussi rester une femme dans un monde d’hommes, et vous n’avez pas besoin de perdre votre féminité juste pour vous intégrer. »

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans le travail que vous faites ?

« Je suis capable d’aider les transporteurs à se mettre en conformité, de leur apprendre ce qu’ils ne savent pas et de les aider à changer leur culture. La conduite me manque, mais le fait d’être constamment sur la route comble en quelque sorte ce vide. Je suis le genre de personne qui a besoin de défis et de stimuli constants. Je n’aime pas les temps morts. Même lorsque je suis en vacances, je ne reste jamais à la maison ».

Les points de vue et les opinions exprimés dans cet article sont uniquement ceux de la personne présentée. Les expériences peuvent varier.

 

Share article