Le marché canadien des transports : Ce que les expéditeurs doivent savoir

août 29 / US
Le marché canadien des transports : Ce que les expéditeurs doivent savoir

Par : Brian Ware, vice-président, Développement commercial, Canada

En tant que deuxième plus grand pays géographique du monde et10e plus grande économie, les chaînes d’approvisionnement canadiennes sont confrontées à des défis opérationnels différents de ceux des États-Unis.
Parler de logistique
et j’ai discuté de certaines des tendances actuelles dans l’industrie canadienne du transport. Dans cet article, je vais mettre en lumière certaines de ces tendances, et expliquer certains des défis actuels auxquels les expéditeurs sont confrontés, les moyens de réduire les coûts de la chaîne d’approvisionnement et certaines meilleures pratiques pour améliorer les opérations.

Défis courants en matière d’expédition au Canada

Compte tenu de la taille géographique du Canada et de sa petite population de seulement 36,5 millions d’habitants – 85 % de la population étant située à 150 miles des frontières américaines (Toronto, Montréal, Vancouver, Calgary et Edmonton) et les 15 % restants étant répartis dans les régions rurales du pays – la densité de population est faible.

À l’instar de certaines régions moins densément peuplées des États-Unis, la capacité de desservir les régions rurales du Canada pose certains défis uniques, notamment :

  • Gestion des coûts de la chaîne d’approvisionnement : Au Canada, la taille des expéditions a tendance à être plus petite, ce qui fait que les entreprises dépendent fortement du transport de lots brisés. Cela peut être plus coûteux que les coûts traditionnels des TL par palette.
  • Le service : Parce qu’il peut y avoir plus d’envois en LTL, le service peut être peu fiable, en particulier lors du transport transfrontalier de marchandises. Avec l’utilisation d’un plus grand nombre d’envois en chargement partiel, les transporteurs canadiens et leurs partenaires américains sont connus pour ne pas respecter les dates d’arrivée demandées, ce qui fait que les clients perdent souvent confiance dans le service et encourent des coûts supplémentaires en amendes et pénalités de non-conformité.
  • Volatilité de la production : Des difficultés surviennent parfois lorsque des fabricants américains produisent des biens canadiens. En tant que pays bilingue avec des normes d’emballage différentes, le Canada est souvent en bout de chaîne de production. Le consommateur canadien est très dépendant du calendrier de production américain, ce qui entraîne des déséquilibres et une instabilité des expéditions au jour le jour et, en fin de compte, augmente le coût global de la chaîne d’approvisionnement.

Stratégies d’amélioration des coûts et du service pour les expéditeurs canadiens

Afin de lutter contre certains de ces défis en matière de coûts et de services, il existe certaines pratiques exemplaires que les expéditeurs canadiens peuvent suivre, notamment :

  • Consolidation des expéditions. En prenant des expéditions LTL et en les intégrant à des expéditions TL consolidées qui sont livrées au même endroit, les expéditeurs peuvent retirer les camions excédentaires de leur réseau et améliorer les économies globales.
  • Chargement collaboratif (c’est-à-dire « Co-Mingling »). Cette approche collaborative permet à plusieurs clients qui expédient des produits dans la même région de construire des chargements dynamiques à arrêts multiples – et cette stratégie s’est avérée très fructueuse pour Transplace au Canada.
  • Améliorer les processus grâce à la technologie. Avec l’aide de la bonne technologie de gestion du transport, les expéditeurs peuvent évaluer avec précision le nombre de ressources à temps plein qui pourraient être réduites, éliminées ou réaffectées tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.
  • Mettre les métriques au travail. Lorsqu’ils examinent les processus de transport, les expéditeurs devraient commencer par passer en revue leurs mesures commerciales afin de les aider à travailler à des améliorations continues. Le suivi et l’analyse des bonnes données peuvent soutenir les décisions commerciales qui permettront d’améliorer l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement et d’éliminer les déchets.

La meilleure approche pour gérer les opérations de transport au Canada

Lorsque les expéditeurs évaluent les différentes approches de la gestion de leurs opérations de transport au Canada, ils doivent garder à l’esprit quelques pratiques exemplaires :

  • Augmentez la visibilité au sein de l’ensemble du réseau: Regardez la vue complète de la chaîne d’approvisionnement et comprenez tous les coûts qui y sont liés. Analysez toutes les dépenses, en commençant par les dépenses de transport de base et en allant vers des fonctions plus complexes de la chaîne d’approvisionnement telles que les accessoires, le carburant, les marchandises prépayées et les amendes et pénalités.
  • Améliorer avec la technologie : Avec l’aide du bon TMS, les expéditeurs peuvent prendre des décisions fondées sur des informations concernant l’ensemble de leur réseau. Les bons points de données peuvent permettre aux expéditeurs de comprendre à la fois le quotidien et la vue macro de toutes les opérations de la chaîne d’approvisionnement.
  • Soyez ouvert aux idées nouvelles : Le maintien d’une culture d’amélioration continue commence par l’encouragement des employés à examiner des idées nouvelles et stratégiques dans tous les domaines de la chaîne d’approvisionnement : y compris les personnes, les processus et la technologie.

Pour en savoir plus sur les tendances actuelles et les meilleures pratiques au Canada, regardez la vidéo ici.

Quelles tendances observez-vous sur le marché canadien des transports ? Partagez votre point de vue dans la section des commentaires !

Share article