Sharae Moore améliore le secteur, un t-shirt à la fois.

mars 22 / US
Sharae Moore améliore le secteur, un t-shirt à la fois.

Seuls 12,5 % de tous les travailleurs du secteur du transport routier sont des femmes. Moins de 8 % sont des chauffeurs. Malgré ce faible pourcentage, il existe un nombre croissant d’organisations, de défenseurs, d’événements et de ressources pour les femmes dans le secteur. À l’occasion du mois national de l’histoire des femmes, nous avons l’honneur de partager et de célébrer certaines de leurs histoires.

Sharae Moore est un exemple parfait de la philosophie « Quand quelque chose n’existe pas, construisez-le vous-même ». Il y a quatre ans, elle est passée des soins médicaux à la conduite de camions. « J’avais besoin d’une pause », dit-elle, « et je voulais être libre et voir le monde ». Elle a pris la route et a rapidement constaté le manque de ressources pour les femmes conductrices, qu’il s’agisse de fournitures pour les relais routiers ou d’une communauté encourageante. Pour combler ce vide, Sharae a fondé S.H.E. Trucking, une ligne de vêtements et une organisation de mentorat.

En plus de sa collection de chapeaux et de t-shirts, « Sisterhood. Aider. EmpowermentTrucking » offre des conseils et un soutien aux conductrices, en particulier à celles qui débutent dans le secteur du transport routier. Elle compte aujourd’hui près de 3 000 membres, représentant des femmes dans près de 30 pays et attirant l’attention de personnes extérieures au secteur. Sharae et S.H.E. Trucking ont récemment fait l’objet d’un reportage dans la série vidéo Community Voices of Facebook, qui montre ce qui peut se produire lorsque des femmes s’élèvent mutuellement et défendent leurs intérêts. Pour l’avenir, Sharae souhaite ajouter un volet éducatif aux offres de S.H.E. Trucking. Pour l’instant, elle défend farouchement cette notion de communauté : « Je veux donner aux femmes la possibilité de se réunir et de communiquer… et de devenir une famille. »

Parlez-nous un peu de vous. Comment êtes-vous entré dans le secteur ?

« J’ai de la famille dans le secteur, mais j’ai été aide-soignante agréée (ASI) pendant huit ans avant de commencer à conduire. J’ai fait beaucoup de soins à domicile en tant qu’AIIC, et j’ai perdu certains de mes patients âgés. J’ai senti que j’avais besoin d’un changement de carrière pour avoir une meilleure vie. Le camionnage m’a sauvé. C’est une échappatoire. Quand vous êtes dans une mauvaise situation et que vous avez besoin de vous en sortir, vous montez dans ce camion et vous n’avez pas à regarder en arrière avant longtemps. »

Décrivez votre expérience en tant que femme dans un domaine dominé par les hommes.

« C’est dur ! Pensez aux relais routiers. En tant que femme, tu ne peux pas te garer n’importe où. Les gens ne comprennent pas combien de femmes sont au volant et ce dont elles ont besoin. Comme lorsque je veux acheter une paire de gants en taille petite mais que les seuls qu’ils ont sont en taille grande. Le plus grand défi que j’ai remarqué, cependant, est de trouver des ressources pour les femmes conductrices.

Je n’ai jamais eu de problèmes avec les hommes au cours de ma formation. Je connais d’autres femmes qui ont eu des problèmes de harcèlement sexuel. Je suis reconnaissant et béni pour cela. Et le secteur évolue pour le mieux. Ils savent que nous sommes là, et il est plus courant pour les femmes d’être conductrices maintenant. »

Parlez-nous de S.H.E. Trucking. Comment a-t-il évolué ?

« C’est la troisième année de S.H.E Trucking. Je l’ai lancé parce que je ne voyais aucun vêtement qui disait que j’étais une femme camionneur. Je voyais toujours « femme de camionneur » ou d’autres représentations masculines des femmes dans le secteur. J’ai regardé dans tous les relais routiers et il n’y avait rien qui montrait que j’étais une femme fière d’être camionneuse. J’ai commencé à faire mes propres t-shirts, et les gens me demandaient où je les trouvais, ce qui a donné naissance à la ligne de vêtements.

J’ai créé le groupe Facebook S.H.E Trucking Sisterhood parce que j’ai commencé à rencontrer beaucoup de femmes dans les relais routiers. À cette époque, les femmes ne se parlaient pas vraiment entre elles et rien ne nous rapprochait. Je veux donner aux femmes la possibilité de se réunir et de communiquer, de développer une communauté et de devenir une famille. Et ça marche ! Je vois des femmes qui se rencontrent, discutent et se retrouvent sur la route. »

Quelle est votre vision de l’avenir de S.H.E Trucking ?

« Avec un peu de chance, nous verrons davantage de femmes rejoindre le secteur. Je veux construire quelque chose comme une sororité plutôt qu’une association, où l’on se sent comme une famille et où l’on ramène les valeurs fondamentales du camionnage. Je voudrais que les femmes continuent à être fières d’être dans ce secteur et de conduire des camions. »

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaitent entrer dans le secteur ?

« Faites vos recherches et lancez-vous. Ne venez pas ici à l’aveuglette. Regardez des vidéos, consultez des sites Web, demandez à d’autres conducteurs (comme dans le groupe Facebook S.H.E. Trucking). Soyez attentif et posez beaucoup de questions. Alors prenez votre temps. Beaucoup de gens viennent ici et se précipitent. Ils veulent passer le test du premier coup et commencer à travailler, alors ils ne prennent pas le temps d’apprendre vraiment. Ralentissez !

Sur la route, soyez conscient de votre environnement. Garez-vous dans des endroits bien éclairés. Et soyez sérieux dans ce travail, car c’est une entreprise. Je pense que certaines personnes viennent ici et pensent que ce sont des vacances. Nous voyageons et parfois, on prend cela pour acquis, mais je veux que les gens prennent cette industrie plus au sérieux. »

Les points de vue et les opinions exprimés dans cet article sont uniquement ceux de la personne présentée. Les expériences peuvent varier.

 

Share article