Mise à jour logistique : Rejoignez-nous pour notre série de webinaires sur les douanes mexicaines

octobre 1 / US
Mise à jour logistique : Rejoignez-nous pour notre série de webinaires sur les douanes mexicaines

La communauté du commerce international est souvent confrontée à de nouveaux défis en raison des changements apportés aux diverses réglementations et lois nationales et internationales, et le paysage douanier mexicain n’est pas différent. Les récents ajustements apportés aux normes officielles mexicaines (NOM) ont eu des répercussions sur le commerce transfrontalier. En outre, les règles Incoterms de la CCI, qui constituent les principaux termes de l’échange pour la vente de marchandises dans le monde, sont actuellement mises à jour pour 2020. En raison de ces changements constants, il est essentiel que les expéditeurs restent informés pour que leurs chaînes d’approvisionnement fonctionnent aussi bien que possible.

Pour aider les expéditeurs à se tenir au courant, nous avons lancé une série de webinaires pour nos clients hispanophones afin de discuter de l’impact de ces changements sur les entreprises qui expédient des marchandises à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Le premier webinaire de la série a porté sur les récents changements apportés aux normes NOM, et le second a abordé les Incoterms et leurs mises à jour prévues en 2020.

D’autres webinaires de la série traitant de l’état actuel des douanes mexicaines seront organisés prochainement.

Ce que les expéditeurs doivent savoir : Modifications récentes des normes NOM

La Direction générale du commerce du Secrétariat à l’économie a récemment apporté des changements radicaux à la norme mexicaine obligatoire connue sous le nom de NOM, qui est imposée aux produits pour des raisons de santé et de sécurité. Un produit soumis à une NOM ne peut pas être importé au Mexique s’il n’a pas été certifié conforme à la NOM ; et de nombreux produits expédiés au Mexique étaient sous l’exception d’une déclaration sous protestation que le produit ne serait pas vendu sur le territoire national, jusqu’au récent changement qui est entré en vigueur en juin 2019. Ces changements affectent 64 NOM, qui représentent 514 codes HTS.

Les autorités mexicaines chargées de superviser ces réglementations s’étaient rendu compte que près de la moitié des marchandises entrant dans le pays n’étaient pas correctement inspectées – et que, grâce à une faille réglementaire, nombre de ces marchandises pouvaient être exemptées du respect des NOM. Compte tenu du volume de marchandises exemptées, le gouvernement mexicain a entrepris de renforcer son contrôle afin d’éviter la concurrence déloyale et les violations négligées des lois sur le commerce équitable.

Les expéditeurs doivent savoir que les appareils électroniques et autres articles ménagers qui reposent sur des pièces détachées sont particulièrement touchés par ce changement, car certaines parties individuelles de leurs produits peuvent être affectées. Par conséquent, les entreprises peuvent être amenées à demander la certification d’une multitude de pièces pour pouvoir finalement expédier un produit tel qu’un téléviseur à un détaillant au Mexique. Et en raison du grand volume de pièces, il peut être presque impossible pour ces entreprises d’identifier toutes les pièces qui sont maintenant soumises aux changements du NOMS.

Bien que la conformité aux NOM soit désormais obligatoire, les expéditeurs disposent de certains moyens pour contourner la conformité totale, notamment :

  • Certificats d’équivalence uniquement pour NOM-001-SCFI – NOM-016-SCFI – NOM-019-SCFI
  • Accords de reconnaissance mutuelle
  • Certificats qui couvrent les parties et les composants d’un produit final
  • Opérations IMMEX
  • Deposito fiscal, Industrie automobile
  • Opérations PROSEC (définitif)
  • En marge de l’application ou de l’exclusion de la NOM (Sauf/Seulement)

Ce que les expéditeurs doivent savoir : Incoterms 2020

Les Incoterms 2020 sont actuellement en cours de préparation par un comité de rédaction au sein de la Chambre de commerce internationale. Le groupe de rédaction compte environ 150 pays membres, dont la Chine et l’Australie pour la première fois. Les nouveaux Incoterms devraient apparaître au quatrième trimestre de 2019, coïncidant avec le centenaire de la Chambre de commerce internationale, et seront appliqués à partir du 1er janvier 2020. Selon l’incoterm choisi, les procédures de dédouanement dépendront du vendeur ou de l’acheteur.

Inclus dans les Incoterms 2010

  • EXW. L’acheteur est responsable des procédures d’exportation et d’importation.
  • F : FCA, FAS et FOB. Dans ce groupe, le vendeur est tenu de livrer la marchandise en utilisant un moyen de transport choisi par l’acheteur, une fois que les procédures d’exportation ont été effectuées par le vendeur (hors assurance).
  • C : CFR, CIF, CPT et CIP : Dans ce groupe, le vendeur est obligé de livrer la marchandise en utilisant un moyen de transport qu’il loue une fois que les procédures d’exportation ont été effectuées par le vendeur. (CIF et CIP incluent l’assurance du vendeur).
  • D : DAP, DAT et DDPL : Dans ce groupe, le vendeur assume tous les coûts et risques jusqu’à ce que la marchandise soit livrée à la destination convenue.

Points forts des Incoterms 2020

Certaines des modifications qui ont été signalées de manière informelle sont les suivantes :

  • Les termes FAS et EXW seront supprimés.
  • Le terme DDP sera divisé et les termes DTP (Delivered at Terminal Paid) et DPP (Delivered at Place Paid) seront créés.
  • Le terme FCA subira également une division dans laquelle on cherchera à préciser son utilisation, une pour les voies maritimes et une pour les voies terrestres.
  • Pour les termes CIF et FOB, des modifications seront apportées pour couvrir les besoins du trafic conteneurisé.
  • Un nouveau terme CNI (coût et assurance) sera créé lorsque le risque de transport est transmis au port de départ, y compris l’assurance internationale par le vendeur.

Comment les expéditeurs peuvent rester informés et préparés

Les récentes modifications des NOM et les changements à venir des Incoterms font qu’il est essentiel pour les entreprises d’effectuer des recherches et une planification avancées afin de déterminer ce qui est requis d’elles pour sécuriser les expéditions – sans avoir un impact négatif sur l’efficacité de leur chaîne d’approvisionnement.

En outre, nous attendons toujours la ratification de l’USMCA par les États-Unis pour parvenir au remplacement définitif de l’ALENA, ce qui aura également un impact majeur sur les opérations transfrontalières dans un avenir proche. Comme il y a encore beaucoup d’incertitude et que d’autres changements se profilent à l’horizon, il est important que les expéditeurs comprennent parfaitement comment leurs produits sont affectés par les nouvelles réglementations et qu’ils soient prêts à mettre à jour les opérations de leur chaîne d’approvisionnement en conséquence.

Quelles sont les questions que vous vous posez sur le processus transfrontalier entre les États-Unis et le Mexique ?

Share article