Lettre du PDG : Mise à jour du marché 26 mars 2020

mars 26 / US
Lettre du PDG : Mise à jour du marché 26 mars 2020

Par : Frank McGuigan, Président Directeur Général, Transplace

La semaine dernière, nous avons fait le point sur ce que nous observons, les meilleures pratiques que vous pouvez intégrer dans votre entreprise en réponse à la crise du COVID-19, et des informations sur la manière dont Transplace peut vous aider à relever l’un des défis les plus uniques de notre vie. Nous sommes heureux de continuer à vous fournir ces dernières informations, ainsi que des mises à jour en temps quasi réel si nécessaire. N’hésitez pas à me faire part, ainsi qu’à votre équipe de compte ou à votre représentant commercial, de vos commentaires sur le rapport et sur ce que vous souhaitez voir plus ou moins à l’avenir.

 

Marché nord-américain

Intermodal américain

  • La capacité ferroviaire et la capacité de transport par remorquage continuent d’être abondantes aux États-Unis à l’heure actuelle. Là où les gens ont été priés de rester chez eux, les chemins de fer et les transporteurs routiers sont exemptés.
  • Conteneurs de 40 pieds :
    • Les équipements restent limités dans tout le pays en raison d’un manque d’importations. La situation ne devrait pas s’améliorer avant au moins la deuxième moitié du mois d’avril. Cela dit, à la fin de la semaine dernière, on a vu quelques exemples de fournisseurs d’équipements assouplir les restrictions sur le volume en direction de l’ouest. Ces restrictions continueront à être levées au fur et à mesure que la congestion sera réduite dans les ports.
    • Californie du Sud : Des méga-navires devaient arriver ce week-end pour sortir les conteneurs vides des ports et les ramener en Chine. Cela permettra de commencer à désengorger les ports.
  • Conteneurs de 53 pieds :
    • Avec l’augmentation du volume en direction de l’ouest, l’équipement s’est resserré sur des marchés tels que St. Louis, Kansas City et Memphis. Les chemins de fer ont augmenté leurs repositionnements à vide sur ces marchés afin de soutenir l’augmentation de la demande.
    • Les tarifs en direction de l’ouest ont augmenté, mais ils restent généralement inférieurs à ceux des transports routiers. L’intermodalité reste une excellente option pour transporter des volumes à destination et en provenance de la région occidentale.
    • Pour les volumes dans la moitié est du pays, la capacité intermodale est encore abondante et constitue une excellente option, car le marché des transports routiers continue d’être volatile.

Capacité de transport de charges complètes aux États-Unis

  • Les entreprises du secteur des produits de grande consommation, de l’alimentation et d’autres secteurs connexes constatent une augmentation des volumes tout au long de leur chaîne d’approvisionnement, de l’arrivée aux usines, des usines aux centres de distribution et de mélange, et des centres de distribution aux clients.
  • Certaines chaînes d’approvisionnement du commerce de détail ralentissent, alors que les clients restent chez eux dans de nombreuses régions du pays. À l’exception des produits d’épicerie et des marchandises générales, la plupart des sites physiques des magasins de détail sont fermés, ce qui crée des problèmes de stockage croissants.
  • Les secteurs de l’industrie et de la chimie maintiennent pour l’instant les volumes d’expédition prévus pour la saison.
  • Les contraintes se développent dans de multiples domaines. Les aires de dépôt sont pleines, les remorques chargées attendent d’être ramassées et les transporteurs sont incapables de planifier les livraisons en temps voulu.
  • La prise de rendez-vous s’est révélée être l’un des plus grands défis en matière de capacité et de rapidité de l’augmentation du volume. Les camions sont approvisionnés, chargés, expédiés, puis ne trouvent pas de rendez-vous de livraison au détail pendant des jours après la date de ramassage prévue.
  • La vélocité domine. Le manque de souplesse et l’accent mis sur les coûts dans les programmes de juste-à-temps (JAT) entraînent des pénuries plus rapides. La flexibilité des stocks et de la fabrication est un élément clé pour servir ce marché.
  • La congestion entraîne des besoins de stockage temporaires mais importants. L’allongement des délais et les fermetures d’usines et de magasins obligent à trouver des endroits où stocker les équipements, qu’il s’agisse de conteneurs, de wagons ou de remorques.
  • La tendance à la baisse du carburant diesel a encore diminué par rapport à la semaine dernière et à la même période de l’année dernière, ce qui a permis de stabiliser les cents globaux par livre et, dans certains cas, de les réduire. Le prix du carburant a diminué depuis le début de l’année et nous nous attendons à une nouvelle baisse des prix avant une stabilisation.
  • Les tarifs spot continuent d’augmenter dans la plupart des secteurs verticaux. Voir le tableau ci-dessous.

  • L’acceptation des offres se détériore généralement, passant de près de 90 % à un niveau inférieur à 80 %. Il existe une grande différence dans l’acceptation des appels d’offres en fonction de l’industrie verticale. Voir les graphiques ci-dessous.
  • Les délais d’exécution se sont raccourcis et, alors que la capacité est assurée, la réduction des délais d’exécution entraîne un changement dans le guide d’acheminement où l’acceptation des offres primaires et secondaires a chuté de plus de 10 points. Nous nous attendons à ce que cette situation se poursuive dans un avenir prévisible.
  • La capacité globale des camions-citernes en vrac reste assez forte, seules quelques voies étant mises à mal.

  • La capacité et les tarifs des plates-formes sont restés cohérents avec les transporteurs sous contrat dans le cadre des guides d’acheminement.
    • Le fret sur le marché spot a connu une augmentation allant jusqu’à 2,13 $ par mille, mais reste inférieur aux taux de mars de l’année dernière.
    • Les transporteurs spot sur courte distance ont maintenu leurs tarifs, tandis que les transporteurs spot sur longue distance (plus de 500 miles) ont augmenté leurs tarifs.
    • Le rapport chargements/camions est resté relativement stable, avec une légère baisse d’une semaine à l’autre.
    • Les zones les plus touchées actuellement sont les côtes est et ouest avec les grandes villes et/ou les ports.
    • Les services de bâchage ne souhaitant pas contacter physiquement les chauffeurs, des mesures ont été mises en place chez la plupart des expéditeurs pour s’assurer que les chauffeurs restent dans leur cabine pendant le processus de chargement/bâchage.

Transporteurs américains

  • Les tentatives d’éviter les contacts entre les conducteurs, les expéditeurs et les destinataires restent courantes.
  • Les questionnaires de santé, les contrôles de température et d’autres mesures préventives entraînent des retards excessifs et l’accumulation de marchandises aux quais.
  • La plupart des entreprises de camionnage n’obligent pas les chauffeurs à se conformer à toute violation potentielle de l’HIPAA établie par les expéditeurs ou les destinataires.
  • Le marché a du mal à rester à jour sur les « faits contre les rumeurs » dans ce marché dynamique et en évolution rapide.
  • Le différentiateur critique émergeant est celui des industries « essentielles » par rapport aux industries « non essentielles ». Des industries essentielles restent ouvertes dans des zones autrement « fermées » et enregistrent un volume record. Les industries non essentielles peuvent être fermées ou ne plus recevoir de livraisons.
  • Les expéditeurs des industries essentielles ont élaboré des lettres de notification qui sont envoyées aux fournisseurs et aux travailleurs (chauffeurs de camion, travailleurs des centres de distribution, employés d’usine, personnel d’appui, etc.) afin de fournir la preuve que tout employé arrêté par les forces de l’ordre ou tout autre personnel de réglementation peut être identifié comme étant  » autorisé  » à voyager et à travailler.
  • Alors que les licenciements dans le commerce de détail deviennent un thème commun avec la propagation du virus, certains détaillants prévoient d’importants besoins d’embauche afin de stimuler le débit de la distribution alors que le rééquilibrage est en plein essor.
  • Les transporteurs de lots brisés commencent à avoir des arriérés de fret non livrable en raison de la fermeture des consignataires. Si les réseaux de transport de lots brisés s’enlisent, des marchandises peuvent être perdues, des frais de stockage peuvent être facturés et des marchandises essentielles peuvent être retardées.
  • De nombreux transporteurs de charges partielles modifient leur politique en matière de réception des livraisons, par exemple en indiquant « pas de signature requise », afin de limiter les contacts. Le chauffeur signera pour le client qui reçoit en saisissant son nom et son prénom.

Le Mexique et le transfrontalier

  • De nouveaux cas de COVID-19 sont confirmés chaque jour. Les écoles et les universités sont fermées jusqu’au 20 avril et de plus en plus d’entreprises mexicaines demandent à leurs employés de travailler à domicile.
  • Le peso mexicain continue de fluctuer et connaît sa pire dévaluation des cinq dernières années, passant de 19 pesos pour 1 dollar américain à 25,13 dollars pour 1 dollar aujourd’hui.
  • Les fabricants d’équipement d’origine (OEM) au Mexique cesseront leurs activités. Cela aura un effet d’entraînement sur tous les Tiers 1 et 2 qui seront touchés :
    • Ford a publié une déclaration indiquant que ses usines au Mexique, au Canada et aux États-Unis arrêteront toute production après la fin des quarts de travail du 19 mars au 30 mars afin de nettoyer et de désinfecter les installations.
    • BMW travaillera comme d’habitude cette semaine et entamera une fermeture partielle du 28 mars au 19 avril.
    • Honda fermera ses portes du 23 au 31 mars.
    • Nissan cessera ses activités du 25 mars au 14 avril.
    • Audi a annoncé sa fermeture pendant deux semaines, du 23 mars au 13 avril.
    • Toyota suspendra également la production de véhicules et de pièces dans toutes ses usines au Mexique les 23 et 24 mars pour les nettoyer et les désinfecter, avant de reprendre ses activités le 25 mars.
    • Fiat Chrysler Mexico a suspendu les opérations dans ses usines le 25 mars et n’a pas annoncé quand elles reprendraient, mais a déclaré qu’elles pourraient avoir lieu à la fin du mois.
  • General Motors a suspendu ses activités de fabrication en Amérique du Nord, mais le plan n’inclut pas ses usines au Mexique, qui continueront à fonctionner normalement jusqu’à nouvel ordre.
  • Les industries des biens de consommation, de l’alimentation et du commerce de détail restent fortes et affichent un pic, notamment celles liées aux produits d’entretien et de soins personnels.
  • Les expéditeurs et les transporteurs mettent en place des mesures sanitaires sur les conducteurs (masques faciaux, questionnaires COVID-19, contrôles de la température corporelle, etc.)
  • Les entreprises qui se sont penchées sur les flux des États-Unis vers le Mexique, en direction du sud, subiront les effets de la variabilité du taux de change. Une baisse du volume est attendue en raison de cet effet. Ils essaieront soit d’accélérer les achats en protégeant le taux de change (charges au comptant), soit de reporter les achats lorsque le peso mexicain aura retrouvé des niveaux plus normaux.
  • Les augmentations du marché spot se poursuivent pour le fret allant du Mexique à la côte ouest, y compris les régions de Californie et de Washington.
  • Les expéditeurs pourraient commencer à faire passer des équipements vides de la frontière au Mexique pour gérer les expéditions non couvertes vers le nord.
  • Certaines entreprises de camionnage B1 sont aux prises avec des chauffeurs qui ne veulent pas se rendre aux États-Unis en raison du coronavirus.
  • Les opérations frontalières entre les États-Unis et le Mexique se poursuivent comme d’habitude ; le CBP et les douanes mexicaines n’ont informé d’aucune restriction pour les opérations commerciales.
  • Les centres de distribution à la frontière entre les États-Unis et le Mexique ont traité des niveaux de volume normaux.
  • Les retards occasionnels de dédouanement causés par des ajustements informatiques douaniers intermittents ne sont pas liés à l’éventualité COVID-19.

Canada et transfrontalier

  • Un certain nombre de provinces canadiennes ont déclaré ou élargi l’état d’urgence précédemment déclaré. L’Ontario et le Québec fermeront tous les services non essentiels à compter du mardi 24 mars. Il y a beaucoup de spéculations sur ce qui est considéré comme essentiel. On s’attend à ce que seuls les fournisseurs essentiels de la chaîne d’approvisionnement et de fabrication, ainsi que les cabinets médicaux, les supermarchés, les pharmacies, les points de vente de la LCBO et les restaurants à emporter soient autorisés à rester ouverts après la finalisation des détails mardi.
  • La capacité des transporteurs à l’intérieur du Canada et à l’étranger reste forte. Les transporteurs continuent à respecter les taux contractuels et, de manière anecdotique, les taux spot n’ont que légèrement augmenté, principalement sur les voies de transport plus longues. Les transporteurs continuent d’appeler le CE de Transplace Oakville pour chercher des chargements et rappeler aux opérations qu’ils ont de la capacité.
  • La capacité des entrepôts est un problème qui devient de plus en plus épineux. Les entrepôts commencent à utiliser les stratégies suivantes pour réduire le volume qu’ils peuvent traiter a) réduire le nombre de créneaux de porte disponibles pour le chargement entrant et sortant, b) l’élimination des heures supplémentaires et c) en planifiant leur travail de manière à ce que les équipes ne se chevauchent pas.
  • L’opération canadienne commence également à voir certaines commandes transfrontalières de camions complets annulées par certains des plus grands distributeurs américains tels que Target et C & S. Nous pensons que cela est dû à des retards de déchargement à l’arrivée ou à une priorité accordée aux produits alimentaires de base.

Océan et air

  • Les ports, les transporteurs maritimes et les transporteurs routiers sont considérés comme des fournisseurs essentiels de la chaîne d’approvisionnement.
  • Les ports de Seattle et de Miami ferment certaines portes de terminaux en raison de la baisse des volumes d’importation due à la fermeture prolongée des fabricants chinois qui a eu un impact sur les volumes de conteneurs d’importation TPEB. Les ports sont ouverts, juste des fermetures de portes spécifiques.
  • Les fermetures d’entreprises liées au coronavirus aux États-Unis et dans l’UE semblent avoir un impact sur les volumes de conteneurs d’importation. SeaIntelligence Consulting estime que les expéditions mondiales de conteneurs devraient diminuer de 10 %, ce qui correspondrait à 17 millions d’EVP transportés par la flotte mondiale de transport par conteneurs.
  • Les économistes de Gold Sachs prévoient une baisse de 24 % du PIB américain au deuxième trimestre 2020.
  • Les compagnies aériennes américaines de transport de passagers, telles qu’American et United, utilisent des avions de transport de passagers pour transporter uniquement du fret entre les États-Unis et l’UE, car les tarifs de fret aérien ont plus que doublé sur ces voies.
  • L’Inde connaît une pénurie de chauffeurs routiers. Les chauffeurs ne se sont pas présentés au travail en raison des craintes liées au COVID-19 et des diverses restrictions gouvernementales sur la circulation des personnes. Les déploiements de camions ont chuté à < 40% des niveaux normaux. Nhava Sheva déclare que les opérations du terminal portuaire fonctionnent normalement.
  • Le terminal maritime Seagirt de Baltimore sera fermé pour la livraison et la réception des conteneurs entrants et sortants les 30 et 31 mars et les heures de fonctionnement seront réduites par la suite. Ports America a fondé sa décision sur les heures de fonctionnement en raison de la baisse significative du trafic de navires et de conteneurs due à l’impact de COVID19.
  • Le Premier ministre indien, Shri Narendra Modi, a appelé à un verrouillage complet de l’ensemble du pays pour les 21 prochains jours à partir de minuit ce soir. Les ports indiens resteront ouverts.

Europe

  • La Commission européenne a publié des lignes directrices à l’intention des États membres de l’UE afin de garantir le libre passage des frontières pour les camions, de sorte qu’il n’y ait pas de retards inutiles pour les camions transportant des « marchandises essentielles ».
  • Il y a des retards extrêmes à de nombreuses frontières de l’UE. Des files d’attente de 64,4 km ont été signalées à la frontière entre la Lituanie et la Pologne, tandis que des embouteillages similaires ont perturbé les déplacements en Allemagne et en Pologne, ainsi qu’entre la Hongrie et l’Autriche. Une carte des retards peut être trouvée ICI.
  • Le 18 mars, les règles de l’UE relatives aux heures de travail des conducteurs ont été assouplies pour la circulation de certains articles, dans le but d’approvisionner les rayons des supermarchés.
  • D’après les dernières données, les grandes traversées à vide n’ont laissé pratiquement aucun conteneur vide disponible dans les ports européens. Les mesures extrêmes mises en œuvre pour ralentir la propagation du coronavirus 2019 (COVID-19) pourraient retarder la reprise de la demande de conteneurs.

Meilleures pratiques

  • Les expéditeurs des secteurs essentiels (produits de consommation courante, alimentation, eau, emballage, fournitures médicales, etc.) s’attendent à ce que l’afflux actuel se poursuive pendant des semaines, voire des mois, car les rayons des magasins épuisés doivent être réapprovisionnés. Nous recommandons aux expéditeurs de passer de plans réactionnels à court terme à une approche plus structurée pour gérer l’augmentation des volumes :
    • Améliorer la prévision des volumes d’afflux attendus par segment commercial, produit, voie.
    • Identifier et résoudre les contraintes dans la chaîne d’approvisionnement telles que l’expédition directe des usines aux détaillants sur des produits ciblés afin d’éviter les goulots d’étranglement dans les centres de distribution et les centres de mélange.
    • Encourager les transporteurs et les partenaires à tirer parti de l’assouplissement par le gouvernement des heures de service (HOS) et des limites de poids des camions pour améliorer la capacité et la vitesse d’expédition.
    • Développer des processus rapides d’approvisionnement en transporteurs pour répondre à l’augmentation de la capacité et passer d’un fret ponctuel coûteux à une capacité engagée (c’est-à-dire augmenter le volume des transporteurs principaux, mettre en place des flottes dédiées ponctuelles, ajouter des transporteurs pour compléter la capacité des transporteurs principaux, etc.)
  • Regardez le choix du mode différemment. Le choix du mode de transport n’est plus une question d’optimisation des coûts. La connaissance des capacités spécifiques par mode de transport a permis d’améliorer les options spécifiques au développement, qui peuvent ou non inclure des objectifs de coût.
  • Adapter l’optimalité du réseau. Les entreprises de produits de grande consommation contournent les points intermédiaires pour soutenir une demande élevée. Nous prévoyons de nombreux cas où la conception traditionnelle de la chaîne d’approvisionnement doit être écartée au profit d’objectifs à court terme.
  • Les taux contractuels montrent encore des signes de fermeté – ce qui peut changer rapidement. Il est donc important de continuer à travailler avec les transporteurs principaux dans le cadre des guides d’acheminement pour maintenir les besoins actuels et développer des exigences de capacité plus adaptées.
  • Nous avons commencé à voir des expéditeurs de notre réseau commencer à produire des articles de protection personnelle essentiels (désinfectant pour les mains, masques/équipements médicaux, etc.). Les réseaux de transport continueront à s’adapter aux nouvelles exigences de la demande, ce qui mettra à l’épreuve la capacité des transporteurs à minimiser les kilomètres à vide.
  • Nous constatons que les équipes du service clientèle des expéditeurs s’assurent de manière proactive que les destinataires sont en mesure de recevoir le fret avant l’expédition afin d’éviter les frais de stockage et de retour.
  • Il est également fait état d’une minimisation des UGS et d’une augmentation des quantités minimales de commande pour les biens de consommation essentiels.
  • Comme les parcs sont pleins, les expéditeurs doivent être ouverts et même demander aux transporteurs qui ont des terminaux à proximité de venir chercher les conteneurs sur le parc. Nous vous recommandons d’y jeter un coup d’œil même si, dans la plupart des cas, les frais de service ne sont pas négligeables. Nous vous recommandons de partager vos prévisions avec l’équipe chargée de votre compte Transplace.

Mise à jour de Transplace

  • Les équipes américaines travaillent désormais depuis leur domicile et sont pleinement opérationnelles sans aucune interruption de service.
  • La plupart des équipes de Transplace Mexique et Canada travaillent depuis leur domicile, et sont pleinement opérationnelles, sans aucune interruption de service.
  • Voici quelques mesures supplémentaires prises par nos équipes opérationnelles pour assurer une communication efficace :
    • Notifier les comptes des mises à jour en quasi temps réel
    • Mise en place d’appels de contrôle quotidiens
    • Contacter les destinataires des expéditions dans la planification et l’exécution des expéditions pour confirmer qu’ils sont ouverts.
    • Identifier les listes de contacts d’escalade pour chaque compte
  • Nos employés restent engagés envers vous et votre réussite. Veuillez voir dans notre mise à jour précédente ce que nous faisons pour protéger notre personnel.
  • Nos experts en transport sont en mesure de vous aider à assurer un service ponctuel et à optimiser le réseau, et continuent d’offrir leur expertise en matière d’approvisionnement, de conseil et d’ingénierie.
  • Nous vous recommandons d’utiliser les services du réseau Transplace pour trouver des déménagements dynamiques continus, une collaboration OptiPro entre clients, une flotte dédiée et des opportunités de pool LTL.
  • Les outils TMS de Transplace, notamment Control Tower, le modèle de prédiction des risques de service et l’apprentissage automatique pour une visibilité en temps réel et de bout en bout, peuvent atténuer les risques et gérer de manière proactive votre chaîne d’approvisionnement.

Nous apprécions votre partenariat et nous souhaitons réellement soutenir votre équipe en proposant des solutions ingénieuses, des références ou des recommandations pour assurer le succès de votre entreprise. Nous continuerons à fournir des mises à jour si nécessaire et nous vous encourageons à nous contacter pour toute question ou préoccupation que vous pourriez avoir.

Share article