Une conductrice sikhe partage son expérience de l’entrée dans le secteur du camionnage

décembre 28 / US
Une conductrice sikhe partage son expérience de l’entrée dans le secteur du camionnage

Alors que l’ancienne génération de conducteurs se dirige vers la retraite, les données démographiques du camionnage sont en train de changer. Les femmes, les personnes de couleur et les personnes LGBTQIA+ sont plus nombreuses que jamais à rejoindre le secteur. Les sikhs constituent l’un des groupes de ce nouveau visage du camionnage. De nombreux sikhs se sont tournés vers le camionnage comme profession aux États-Unis après avoir dû fuir l’État indien du Pendjab dans les années 1980 en raison du sentiment anti-sikh et du génocide.

Le nombre de sikhs travaillant dans le secteur du transport de marchandises n’a cessé de croître et l’on estime aujourd’hui que plus de 30 000 d’entre eux ont pris le volant au cours des trois dernières années. Sur de nombreuses grandes routes américaines, on trouve désormais des établissements destinés aux conducteurs sikhs, qui rappellent les relais routiers de leur pays, tels que des lavages, des restaurants et des temples.

L’un de ces nouveaux conducteurs sikhs est Chatnaban « Chetna » Smith, qui a émigré de l’État indien du Gujarat il y a 22 ans. Elle se sentait coincée dans une série d’emplois qui, selon elle, ne lui convenaient pas. « J’ai tendance à me lasser de faire toujours la même chose », a-t-elle observé. « Il faut que ce soit des choses différentes chaque jour. »

Chetna avec son camion

Chetna hésitait à se lancer dans le camionnage, même après avoir vu nombre de ses amis pendjabis rejoindre l’industrie. Il a fallu un voyage en voiture pour la faire changer d’avis. « Nous roulions sur la route et j’ai vu d’autres camionneurs. Beaucoup d’entre eux étaient des femmes et j’ai pensé, ‘Si elle peut le faire, je peux le faire’. »

Chetna fait du transport routier (OTR) depuis le printemps 2019, et elle adore déjà être camionneuse. Nous l’avons rencontrée pour savoir ce qu’il lui a fallu faire pour entrer dans le secteur.

Parlez-nous du processus d’obtention de votre CDL et de vos débuts dans le camionnage.

Les femmes indiennes ne font pas du tout de travaux lourds, et la plupart des parents ne soutiendront pas leurs enfants dans un domaine aussi important que le camionnage. Mais mes parents en Inde n’ont pas refusé que j’obtienne mon CDL. Mon frère m’a également parlé de manière positive de la possibilité d’atteindre l’endroit où je voulais être après avoir obtenu mon CDL.

J’ai étudié, je suis allé au DMV et j’ai passé les tests un par un. Puis je suis allé dans une école au nord-est de Portland pour apprendre à conduire le camion. En fait, je conduis pour mon mari, nous parcourons les 48 états.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le métier de chauffeur routier ?

La liberté. Ça n’a pas l’air d’être un travail. Et vous pouvez voir tout le pays sans avoir à acheter un billet d’avion. Chaque jour, c’est quelque chose de nouveau, avec de nouveaux paysages à voir. En fait, je voulais voyager, et avant le camionnage, je ne savais pas comment cela se passerait. Mais le camionnage est passé par là. J’ai fait un vœu et il s’est réalisé !

Quels sont les aspects les plus difficiles du transport routier ?

Quand le camion tombe en panne et que vous ne savez pas ce qui se passe. Je suis nerveux parce que je suis encore nouveau, alors je me dis : « Quelle partie du moteur fait ce bruit ? ! » Mais je suis heureuse que mon mari soit avec moi. Il a une certaine expérience parce qu’il a travaillé avec d’autres entreprises, et j’ai donc la possibilité d’apprendre de lui.

Une autre chose à laquelle nous sommes confrontés est lorsque nous devons déposer un chargement et que les entreprises ne nous déchargent pas à temps, mais nous font attendre pendant des heures. Je crois que nous voulons tous gagner de l’argent, nous voulons tous être à l’heure, et nous voulons tous être déchargés le plus rapidement possible pour pouvoir reprendre la route.

Quelles ont été vos expériences en tant que femme dans le secteur ?

J’aime être une femme camionneur. Chaque jour, c’est une nouvelle région, une nouvelle ville ou un nouveau village, et j’aime ça. Je ne trouve pas qu’être une femme chauffeur de camion soit effrayant ou dangereux. J’ai lu récemment que je suis la première femme camionneur de mon état en Inde. Il y a aussi un autre camionneur qui est Punjabi et en Californie, et elle a mentionné qu’elle ne va jamais dans les relais routiers. Je ne trouve pas ça difficile, pourtant. Il suffit de s’arrêter près de l’aire de ravitaillement, de prendre ses affaires et de reprendre la route. Vous n’avez pas besoin de parler ou de traiter avec qui que ce soit. Je peux voir que certaines zones peuvent être sommaires, mais en général, je me sens en sécurité.

Pourquoi pensez-vous que le secteur est si attrayant pour la communauté sikhe ou punjabi ?

Ils conduisent des camions en Inde, aussi. Il n’est pas difficile pour eux de venir ici et de faire la même chose, et je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont tous dirigés vers cet emploi. Dans chaque station-service ou relais routier, je trouve 15 à 20 conducteurs punjabi. Nous les voyons, nous leur disons bonjour et nous leur parlons. Il y a aussi toujours quelqu’un pour vous aider, par exemple si j’ai du mal à rentrer dans un quai. Je vais appeler l’un d’entre eux et ils seront prêts à vous aider.

En outre, ils sont travailleurs. Ils continuent. S’ils doivent travailler toute la semaine sur la route, ils le feront. J’ai rencontré des personnes qui travaillent dans le secteur depuis 25 ans, 39 ans, et qui possèdent maintenant plusieurs camions ou leur propre entreprise.

Avez-vous déjà été victime ou témoin de discrimination sur la route ?

Je ne le vois pas souvent. Tu conduis ton propre camion, donc en gros tu travailles dans ton propre bureau. Vous n’avez pas à parler à qui que ce soit. Si les gens font ça, il n’y a pas de problème. Mais en conduisant sur la route, vous pouvez voir un conducteur de camion roulant à toute vitesse et essayant de vous couper la route. Nous faisons tous le même travail. Chacun doit comprendre que conduire en toute sécurité est le meilleur moyen de se rendre à destination.

Quels sont vos projets d’avenir dans le domaine du camionnage ?

Pour l’instant, mon plan est d’apprendre autant que possible dans tous les domaines de l’industrie du camionnage – la paperasserie, les relations avec les courtiers, la répartition. Petit à petit, je veux apprendre tout ce que je peux avant d’avoir mon propre camion. C’est la direction vers laquelle je veux me diriger.

 

Share article