Le classement des installations révèle de nouvelles données pour informer les expéditeurs

novembre 29 / US
Le classement des installations révèle de nouvelles données pour informer les expéditeurs

Lorsque les marchés du fret sont tendus, les expéditeurs supportent les coûts de la flambée des taux et du rejet fréquent des offres. Toutefois, les chargeurs peuvent également jouer un rôle majeur dans l’amélioration de l’efficacité du réseau de fret et dans l’augmentation de la productivité des conducteurs. En particulier, les efforts collectifs des expéditeurs pour améliorer l’expérience des installations peuvent non seulement contribuer à retenir les conducteurs dans la population active, mais aussi améliorer leur productivité globale. Et cela entraînerait une baisse des tarifs payés par les expéditeurs.

Uber Freight a lancé sa fonctionnalité de notation des installations fin 2018. Depuis lors, nous avons recueilli plus de 2,1 millions d’évaluations de 86 000 établissements aux États-Unis. Dans l’analyse suivante, nous présentons les principaux enseignements tirés des données de notation des installations pour 2021, qui fournissent un retour d’information précieux aux expéditeurs afin de les aider à gérer leurs installations. En général, le classement des installations s’est amélioré par rapport à l’année dernière, en particulier dans le Nord-Est, le Sud-Ouest et le Midwest.

 

Figure 1 : Notes moyennes par région pour les pick-ups et les livraisons en 2021

En plus de noter un établissement sur une échelle de 1 à 5 étoiles, les conducteurs fournissent des commentaires indiquant ce qui s’est bien passé et ce qui ne s’est pas passé dans 6 catégories : temps d’attente, commodités, flexibilité du rendez-vous, salle de rotation, trouver l’entrée et politesse du personnel. La figure 2 montre la répartition entre les étiquettes positives et négatives pour chacune de ces 6 dimensions. La taille de chaque graphique circulaire reflète le nombre total d’étiquettes (positives et négatives) associées à cette dimension.

Le temps d’attente est le facteur le plus important pour les conducteurs, représentant la plus grande partie des tags, suivi par la politesse du personnel. La politesse du personnel a également obtenu le plus faible pourcentage d’étiquettes négatives, ce qui indique que les conducteurs sont majoritairement satisfaits de leurs interactions avec le personnel de l’établissement. D’autre part, les commodités (telles que les toilettes) présentaient le pourcentage le plus élevé d’étiquettes négatives.

 

Figure 2 : Commentaires positifs et négatifs associés aux évaluations des installations (la taille de chaque graphique circulaire indique le nombre de fois où une étiquette positive ou négative a été choisie)

Les notes des installations augmentent avec la longueur du trajet, les voyages long-courriers ayant en moyenne les notes les plus élevées, comme le montre la figure 3. En outre, les taux par type de remorque étaient les plus élevés pour les chargements Powerloop et les plus bas pour les chargements réfrigérés. En général, les cotes d’évaluation entre les pick-up et les livraisons ne présentent que des différences mineures. Cependant, la valeur du temps d’attente semble plus prononcée pour les enlèvements que pour les livraisons.

 

Figure 3 : Classement moyen des installations en fonction de la longueur du trajet et du type de remorque

Ces étiquettes sont-elles vraiment importantes pour le classement des installations ?

Pour quantifier l’effet des différentes expériences des conducteurs sur les évaluations des installations, nous avons utilisé un modèle statistique pour prédire la satisfaction d’un conducteur sur une installation et l’évaluation qui en découle. Les impressions des conducteurs sur les 6 dimensions ci-dessus étaient parmi les indicateurs les plus importants de la satisfaction des conducteurs.

Nous avons estimé l’échelle de satisfaction des conducteurs présentée dans la partie supérieure de la figure 4. La plupart des conducteurs sont satisfaits des installations, comme le montre la satisfaction moyenne des conducteurs (4,41) qui se situe à l’extrémité droite de l’échelle. La partie inférieure de la figure 4 montre l’effet de diverses étiquettes positives et négatives sur la satisfaction des conducteurs. La direction et l’amplitude de chaque barre indiquent le déplacement prévu le long de l’échelle de satisfaction.

Ces résultats montrent qu’un long temps d’attente peut réduire la note d’un établissement de 1 ou 2 points. Le deuxième effet le plus important est associé aux interactions désagréables avec le personnel de l’établissement. Bien que ces interactions soient peu fréquentes (comme le montre la figure 2), elles peuvent avoir des effets néfastes sur les évaluations des installations lorsqu’elles se produisent (le respect des conducteurs figure en tête de liste des solutions potentielles du professeur Yossi Sheffi à la pénurie de conducteurs). Enfin, les conducteurs apprécient la flexibilité des rendez-vous, qui peut leur faire gagner un temps considérable qu’ils pourraient autrement consacrer à la conduite.

 

Figure 4 : L’effet des expériences positives et négatives des conducteurs sur les évaluations des installations (la taille de chaque barre dans la section inférieure indique l’effet de l’étiquette positive/négative correspondante sur la satisfaction des conducteurs)

Qu’en est-il des détentions et des escales ?

Les retenues sont fréquentes dans les installations, ce qui entraîne des retards non planifiés qui peuvent réduire la productivité et dissuader les conducteurs. Dans nos données d’évaluation des établissements, environ 7 % des ramassages et 8 % des livraisons étaient associés à des détentions. Alors que la note moyenne des installations était de 4,41 dans l’ensemble, les notes associées aux détentions étaient nettement inférieures (3,51 pour les enlèvements et 3,47 pour les livraisons). En appliquant certaines hypothèses raisonnables, nous constatons qu’un conducteur effectuant 4 transports par semaine subira en moyenne 0,6 retenue par semaine, ce qui peut représenter environ 3 % du temps du conducteur.

Cela peut sembler peu, mais 3 % des heures d’approvisionnement équivalent à l’ajout de 45 000 emplois dans le secteur du camionnage à la population active, soit environ 15 000 emplois dans le transport de marchandises sur longue distance. (N’oubliez pas que le L’ATA estime la pénurie de conducteurs à 80 000 emplois en 2021..) Ceci est cohérent avec une étude réalisée par le Dr David Correll du Freight Lab du MIT, qui a constaté que les conducteurs ne passent en moyenne qu’environ 6,5 heures par jour à conduire sur les 11 heures disponibles et que 12 minutes supplémentaires par conducteur et par jour sur la route mettraient fin à la pénurie. Les mises en attente sont moins fréquentes (environ 0,6% des chargements dans nos données d’évaluation étaient associés à une mise en attente), mais leur impact peut être aussi important.

Sur des marchés tendus, le temps des conducteurs est une ressource rare. Les expéditeurs, les transporteurs et les courtiers sont tous responsables de sa gestion judicieuse. Les expéditeurs peuvent aider de leur côté :

  • Être conscient du temps des conducteurs. Même de petites économies peuvent se traduire par des gains d’efficacité importants.
  • Être flexible chaque fois que cela est possible. Un exemple : essayer de proposer le chargement/déchargement aux conducteurs qui arrivent en avance.
  • Être respectueux des conducteurs. C’est la meilleure façon de les remercier de faire bouger l’Amérique et le moyen le moins coûteux de les garder dans la population active.

Uber Freight continuera à surveiller les performances des installations et à soutenir les efforts des expéditeurs pour améliorer l’expérience des transporteurs.

1En supposant un temps de détention moyen de 2 heures, 4 chargements par conducteur par semaine, et 8 heures de temps productif du conducteur par jour.

 

Share article